Faculté des arts

Jean-Philippe Uzel, professeur au Département d'histoire de l'art

Jean-Philippe Uzel
Département d’histoire de l’art
uzel.jean-philippe@uqam.ca 
T. 514.987.3000, poste 4907

Jean-Philippe Uzel est professeur d’histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal depuis 1999.

Son champ d’expertise porte sur l’histoire et la théorie de l’art moderne et contemporain, et plus particulièrement sur les rapports entre art et politique. C’est sous cet angle qu’il s’intéresse depuis près d’une vingtaine d’années à l’art contemporain autochtone d’Amérique du Nord.

Il a participé à plusieurs équipes et centres de recherche en lien avec l’altérité culturelle et l’autochtonie. De 2001 à 2005, il a été chercheur au sein de l’équipe Le Soi et l’Autre. L’énonciation de l’identité dans les contextes interculturels (Grands travaux de recherche concertée du CRSH) et membre du CÉLATCentre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions-  (Programme Regroupements stratégiques – FRQSC). Il a été en 2012-2013 titulaire de la Chaire d’études du Québec contemporain à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 sur le thème « Regards croisés sur l’art contemporain autochtone d’Amérique du Nord ». En 2014, il a intégré le CIÉRACentre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones –  (Programme Regroupements stratégiques – FRQSC) et a fondé en 2017, avec Laurent Jérôme (Sciences des religions, UQÀM), le GRIAACGroupe de recherche interdisciplinaire sur les affirmations autochtones contemporaines (Vice-rectorat à la Recherche et à la création de l’UQÀM – Fonds général de recherche du CRSH).

Publications (sélection)

1) L’exclusion et l’intégration de l’art contemporain autochtone dans la théorie artistique et le monde l’art occidentaux
__ 2018. Pratiques professionnelles en arts visuels issues de l’autochtonie et de la diversité à Montréal, Conseil des arts de Montréal, janvier 2018, 73 p.
__ 2017. « Déni et ignorance de l’historicité autochtone dans l’histoire de l’art occidentale ». RACAR (Revue d’art canadienne/Canadian Art Review), vol. 42 nº 2, 2017, p. 30-41. 
__ 2016. « Caché sous nos yeux : l’art contemporain autochtone sur la scène internationale », Inter, Art actuel, nº 122, p. 26-29.
__ 2005. « 51ème Biennale de Venise. Peu d’artistes d’ici », Le Devoir, samedi 16 juillet 2005, p. E5
__ 2003. « L’art comme “palimpseste” : Aby Warburg chez les Hopis », dans Pierre Ouellet (dir.), Le Soi et l’Autre (ouvrage de synthèse), Les Presses de l’Université Laval, p. 403-422.
__ 2000. « L’art contemporain autochtone, point aveugle de la modernité », dans Guy Bellavance (dir.), Monde et Réseaux de l’art, Montréal, Éd. Liber, p. 189-203.

2) Les stratégies critiques et décoloniales mises en œuvre par l’art contemporain autochtone
__2018. avec Nadia Myre (dir.), Spirale, hors-série nº 2 « Femmes et violences de masse ».
__ 2017. « Son sang va nous aider toutes’ : Teresa Margolles et le féminicide autochtone », dans Teresa Margolles : Mundos, catalogue d’exposition, Musée d’art contemporain de Montréal, p. 58-65.
__ 2017. « Faire, défaire, refaire : la décolonisation chez Nadia Myre », Spirale, nº 260, p. 15-26.
__  2016. « Jimmie Durham : le décentrement du monde », esse : arts + opinions, nº 86, p. 54-61.
__ 2015. « Bête Noire de Kent Monkman, la revanche par le diorama », ESPACE art actuel, nº 109, p. 28-39.
__ 2014. « La spectacularisation dans l’art actuel autochtone », esse : arts + opinions, nº 82, p. 34-45.
__ 2009. « Les objets trickster dans l’art contemporain autochtone au Canada », dans Thierry Dufrêne et Anne-Christine Taylor (dir.), Cannibalismes disciplinaires, éd. du Musée du quai Branly/INHA, Paris, pp. 279-293. Version électronique mise en ligne le 28 juillet 2009.
__ 2002 (avec Katherine Sirois). « Ironie et pessimisme dans l’art de Ron Noganosh », Esse : Arts + Opinions, nº45, p. 56-59

3) Les regards, les emprunts et les échanges entre artistes autochtones et artistes non-autochtones
__ 2019. « Appropriations artistique versus appropriation culturelle », esse : arts + opinions, nº 97, p. 10-15.
__ 2018. « Histoire de l’art et potlatch : regards croisés entre la France et le Canada. Un débat virtuel entre Sonny Assu, Rémi Labrusse, Marie Mauzé et Charlotte Townsend-Gault, animé par Jean-Philippe Uzel », Perspective. Actualité en histoire de l’art, « Détruire » nº 2018-2, p. 37-56.
__ 2018. Catherine Lalonde, « Le problème avec Kanata, d’après l’historien de l’art Jean-Philippe Uzel », Le Devoir, 24 décembre 2018, p. B7.
__  2018. « Être un artiste contemporain et être autochtone : quelques réflexions sur la polémique autour de Jimmie Durham », Captures. Figures, théories et pratiques de l’imaginaire, vol. 3 no 1, dossier « La notion d’ ‘autochtonie’ dans la littérature et les arts visuels contemporains », Mise en ligne en mai 2018.
__ 2014. « L’autochtonie dans l’art actuel québécois : une question partagée », Globe. Revue internationale d’études québécoises, numéro spécial « L’Actualité de l’art au Québec », vol. 17 nº 1, p. 33-57.
__ 2013. « Shapeshifting : la migration des formes », dans Ghosts are Guests. Myriam Hornard, Bruxelles, La Lettre volée, p.153-156.
__ 2009. « De l’usage politique de l’art minimal : Felix Gonzalez-Torres et Brian Jungen », dans Evelyne Toussaint (dir.), La fonction critique de l’art, Bruxelles, La Lettre volée, p. 91-99.
__ 2008. « Les objets trickster de l’art actuel », in Thérèse St-Gelais (dir.), L’indécidable. Écarts et déplacement de l’art actuel, Montréal, Éd. Esse, p. 39-50.
__  2004. « Petite histoire du trickster en Amérique », dans Jocelyne Lupien et Jean-Philippe Uzel (dir.), Double Jeu. Identité et culture, catalogue de l’exposition organisée au Musée national des beaux-arts du Québec du 1er avril au 3 octobre 2004, p. 50-69 (trad. anglaise, p. 87-91).
__ 2001. « L’impermanence de l’œuvre d’art », Religiologiques, nº 23, p. 171-191.

ORGANISATIONS D’ÉVÉNEMENTS
Colloques, conférences et tables rondes

  • 5 décembre 2018 Table ronde autour de l’artiste, poète et écrivain Domingo Cisneros dans le cadre de la remise de son doctorat honoris causa par la Faculté des arts de l’UQAM (animée par Édith-Anne Pageot, avec Catherine Boivin, Caroline Nepton Hotte et Faye Mullen)
  • 4 et 5 avril 2018 Colloque « L’appropriation culturelle et les peuples autochtones : entre protection du patrimoine et liberté de création »
    Co-organisé avec le GRIAAC, la FSH-UQAM, Recherches amérindiennes au Québec, Terres en vues
    Université du Québec à Montréal
  • 7 septembre 2017 Table ronde « Quelle(s) ville(s) pour les créateurs autochtones ? Les institutions comme lieux de savoir, de création et de transmission autochtones »  (avec, entre autres, Catherine Boivin, Terry Randy Awashish, Fred Cheezo)
    Co-organisé avec Laurent Jérôme, Colloque Je suis Île/I am Turtle, Université de Montréal
  • 31 mars et 1er avril 2017 Colloque international « Topographies de la violence de masse » (avec, entre autres, Ellen Gabriel, Caroline Monnet, Julie Nagam)
    Co-organisateur avec François LeTourneux et Emanuel Licha
    Musée d’art contemporain de Montréal
  • 26 avril 2016 Colloque étudiant « Art contemporain et cosmologies autochtones »
    Co-organisé avec Laurent Jérôme
    Université du Québec à Montréal
  • 16 octobre 2014 Table ronde « Situations de l’art contemporain autochtone » (avec, entre autres, Guy Sioui Durand et Natasha Kanapé Fontaine)
    Département d’histoire de l’art, Université du Québec à Montréal
  • 12 février 2014 Conférence de l’artiste kwakwaka’wakw Sonny Assu
    Université du Québec à Montréal
    Conférence co-organisée avec le programme « Intervenants culturels internationaux-ICI »
  • 29 janvier 2014 Conférence de l’artiste cri/anglo-irlandais Kent Monkman
    Cinémathèque québécoise
  • 29-30 mai 2013 Colloque international « Art contemporain et identités autochtones » (avec, entre autres, Nadia Myre, Caroline Monnet, Greg Hill, Guy Sioui Durand)
    Co-organisé avec Zahia Rahmani (INHA)
    Institut national d’histoire de l’art – Paris
  • 26 mars 2013 Rencontre avec la poétesse innue Rita Mestokosho
    Bibliothèque Gaston-Miron – Paris
    Chaire d’études du Québec contemporain
  • 10 janvier 2013 Conférence de Dominic Hardy « L’art autochtone contemporain et la question de l’identité dans les musées québécois et canadiens »
    Bibliothèque Gaston-Miron – Paris
    Chaire d’études du Québec contemporain

Événements artistiques

  • 29 mai 2013 Soirée « Art vidéo autochtone du Québec et du Canada » – Auditorium de l’Institut national d’histoire de l’art –Paris
    Programme incluant dix vidéos d’artistes contemporains autochtones du Québec et du Canada (Kent Monkman, Nadia Myre, Terrance Houle, Caroline Monnet…)
  • 1er avril 2004 – 3 octobre 2004 Co-commissariat de l’exposition Double jeu. Identité et culture au Musée national des beaux-arts du Québec
    Exposition collective d’artistes contemporains présentant, entre autres, une dizaine d’œuvres de l’artiste ojibwé Ron Noganosh
Edith-Anne Pageot, professeure au Département d’histoire de l’art

Edith-Anne Pageot
Département d’histoire de l’art
pageot.edith-anne@uqam.ca
T. 514.987.3000, poste 6757

Edith-Anne Pageot est professeure au Département d’histoire de l’art de l’UQÀM depuis 2016. Elle est membre régulier du Centre de recherche sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) et de l’Institut de recherches et d’études féministes. (IREF).

Spécialiste des modernités au Québec et au Canada, elle s’intéresse aux manières dont la culture visuelle façonne les concepts de genre, de territoire, de nation et de communauté. Sa recherche actuelle se divise en deux grands axes. Le premier vise la documentation et l’analyse de corpus artistiques historiquement marginalisés ou méconnus. Le deuxième touche l’historiographie et souhaite contribuer au renouvellement d’une épistémologie plus inclusive de l’histoire de l’art.

Elle dirige actuellement le projet de recherche intitulé, La culture artistique au Collège Manitou. Agentivité et stratégies d’autodétermination (CRSH 2017-2019, PAFARC 2017-2019) qui compte parmi ses collaborateurs Camille Callison, (Nation Tahltan, clan Corbeau, Université du Manitoba) et Peter McNally (McGill). Ce projet vise à documenter et à mettre en contexte les orientations éducatives, pratiques et épistémologiques qui ont façonné les programmes du Département d’arts et de communication ainsi que les activités culturelles parrainées par le Collège, premier établissement d’études postsecondaires établi dans l’est du Canada et dirigé majoritairement par des Autochtones. La documentation colligée vise, par ailleurs, à cerner les impacts du Collège dans le champ de l’art contemporain au Québec et au Canada en tenant compte des modèles et des stratégies de collaboration interculturels qui s’en dégagent.

Publications récentes (Sélection)

Pageot, Edith-Anne. (2018). Présences, mémoires individuelles et plurielles comme dispositifs de construction dans le travail des créatrices autochtones. Espace art actuel 118 : 8-17.
___. (2017). Figure de l’indiscipline. Domingo Cisneros (1942-) un parcours artistique atypique. RACAR Revue d’art canadienne/Canadian Art Review 42 (3) : 5-21.
___. (2017). Postcolonial Territorial Landmarks within Canada’s Multiculturalism: The Myth of Virility. Dans Conrick, M. J.Koustas, C. Michasaide. (dir.). Canada: Landmarks and Landscapes. Real. Imagined and (Re)viewed. Waterloo: Wilfrid Laurier Press: 175-196.
___. (2017). Mixed Heritage: (Self) Portraits and Identity Negotiation. eAmericana 13 (1). Direction thématique en collaboration avec Judit Kadar. http://americanaejournal.hu/vol13no1
___. (2017). La réception des expositions d’art autochtone à l’aulne du discours critique dans la presse francophone. Muséologies 8 (2). (sous presse)
___. (2012). Le jardin en ville. Le cas des Jardins éphémères à Québec : stratégie marchande et critique postcoloniale. Globe revue internationale d’études québécoises 15 (1-2) : 243-263.
___. (2011). Je t’ai laissé dans la forêt. Désir, communauté, intersubjectivité. Dans Tougas C. et al. Nadia Myre En [counter]s. Montréal : Éditions Art Mûr et Musée d’art contemporain des Laurentides : 33-42.
___. (2010). Paroles d’artistes. Domingo Cisneros, une pensée, Inter 104 : 14-16.

 Conférences et organisation d’événements récents (sélection)

  • 2018-2019. Coordination du volet thématique « Interculturalité, approches décoloniales, formation artistique » dans le cadre des activités scientifiques organisées pour l’événement, Rapport Rioux 50 ans après, Faculté des Arts, UQÀM
  • 2007. Conférence, « Imaginaire collectif et marginalisation territoriale. Géographies queer, satire et activisme politique en art contemporain au Canada » 85e Congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS), Université McGill
  • 2017. Conférence, « Métissage, transnationalité et mentorat. Le cas de Domingo Cisneros ». Congrès annuel Association d’art des universités canadiennes, Banff, Canada.
  • 2015. Conférence, « L’art autochtone à l’aulne du discours sur l’art dans les revues francophones au Canada. Les cas de Sakah̄an et de Beat Nation.» Arts des Mondes / Mondes des Arts : pluralité des objets, pratiques et discours dans la francophonie. 83e Congrès annuel de Congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS), Rimouski, Canada.
  • 2013. Direction du congrès thématique, « Repenser le lien entre culture et territoire : réflexion sur l’art autochtone d’hier et d’aujourd’hui/Rethinking the relationship between culture and territory in Canada ». Congrès annuel de l’Association d’art des universités canadiennes UAAC – AAUC, Banff Center, Alberta, Conférence, Asscociation d’art des universités canadiennes, en collaboration avec Louise Vigneault.
  • 2012. Conférence, « Tiers lieux, tiers genres : espaces culturels refoulés » congrès international de l’Association irlandaise d’études canadiennes (AIEC) University College, Dublin, Irlande.
Dominic Hardy, professeur au Département d’histoire de l’art

Dominic Hardy
Département d’histoire de l’art
hardy.dominic@uqam.ca
T. 514.987.3000, poste 6448

Dominic Hardy est professeur au département d’histoire de l’art de l’UQAM où il a la responsabilité du profil histoire et historiographie de l’art au Québec/Canada depuis 1900. Ses actions en lien avec le mandat du GRIAAC se cernent surtout dans sa volonté de renouveler les enseignements dispensés dans les cours et séminaires rattachés à son poste afin de donner voix aux productions et manifestations des cultures visuelles autochtones. Dans ses travaux spécialisés il a réalisé des études sur l’œuvre de feu l’artiste Ojibwe Carl Beam ainsi que sur la représentation satirique des acteurs et danseurs Ojibwe qui se sont représentés à Londres en 1845.

Publications récentes (Sélection)

Franco, Marie-Charlotte, Bouchard, Flavie, Guignard, Sophie et Hardy, Dominic. (À paraître en 2018). Arts des mondes/Mondes des arts, numéro spécial de la revue Muséologies.

Hardy, Dominic. (2016). Shared Territories: key issues in the history of visual arts in Québec, 1600-1960. Dans Gervais, S., Kirkey, C. et Rudy, J. Quebec Questions. Quebec Studies for the Twenty-First Century. 2e édition, Don Mills: Oxford University Press : 135-153.

___. (2014). «What does the term settler-colonial art history mean to you?» Annales d’histoire de l’art canadien/Journal of Canadian Art History, 35 (1): 177-182.

Conférences et organisation d’événements récents (sélection)

  • En collaboration avec Marie-Charlotte Franco, Atelier pour le renouvèlement de l’enseignement au premier cycle des arts visuels au Québec et au Canada (16e-19e siècles), Kanahwake et Montréal, 30 et 31 mai 2017.
  • La synthèse en histoire de l’art et l’imaginaire national. Perspectives nord-américaines et européennes, colloque de l’Équipe de recherche en histoire de l’art au Québec (ÉRHAQ), UQAM, Montréal, 6 mai 2017.
  • Atelier pour le renouvèlement de l’enseignement au premier cycle des arts visuels au Québec et au Canada (16e-19e siècles), UQAM, Montréal, 19 mai 2016.
  • « Graphic satire and the transatlantic circulation of indigenous identity in the Colonial Canadian era, 1845/2010: the anamorphic of survivance », séminaire History of Art in English, Université de Paris X – Nanterre, Institut national d’histoire de l’art, Paris, 19 avril 2018.
  • « Graphic satire and the transatlantic circulation of indigenous identity in the Colonial Canadian era, 1845/2010: the anamorphic of survivance », séminaire History of Art in English, Université de Paris X – Nanterre, Institut national d’histoire de l’art, Paris, 19 avril 2018.
  • « British satirical reception of North American indigenous performers and their work in the 1840s: methodological perspectives », séance Historians of British Art (HBA)
  • The Image of the American Indian in Britain, ca. 1800–1930: New Critical Perspectives, congrés annuel de la College Art Association, Los Angeles, Californie, 21-24 février 2018 (22 février).
  • « The art history survey and the (Québec) national imaginary – a report from the field », séance Surveying the Survey Art History Pedagogy, congrès de l’Association d’art des universités canadiennes, Banff, Alberta, 12-14 octobre 2017 (13 octobre).
  • « Borrowing identities: the Maungwudaus troupe performances of 1845 and representations of British and French politics in London and Paris satiric journals », séance L’image satirique en France et en Angleterre au 19ème siècle: parodie, citation, pastiche, congrés de l’AIERTI / IAWIS, Lausanne, Suisse, 10-14 juillet (10 juillet 2017).
  • « Cross-readings: Colonial Canadian identities and Transatlantic Graphic Satire in the 1840s », colloque At Home and Abroad: Movement, Influence, and Circulation in North American Art, Institut John F Kennedy, Freie Universitat, Berlin, Allemagne, 29 juin 2017.
  • « Voyage de Carl Beam », Art autochtone contemporain : regards croisés, Institut national d’histoire de l’art (INHA) / Chaire d’études québécoises, Université de Paris 3 – Nouvelle Sorbonne, 28 mai 2013.
  • « Étiquettes de provenance. Lire les collections d’art canadien historique avec l’art autochtone contemporain », conférence invitée par la Chaire d’études québécoises, Université de Paris 3 – Nouvelle Sorbonne, Bibliothèque Gaston Miron/ Centre d’études québécoises, Paris, 10 janvier 2013.
  • « Quand les Hurons recevaient la représentation de la France ». L’art et la civilisation, 7ème École du Printemps, Réseau international pour la formation en histoire de l’art, Université de Montréal, 11-15 mai 2009.
Daniel Chartier, professeur au Département d’études littéraires